avis Cgt accord plan emploi et GAMAE 2 lors du C.E du 2 avril 09

mardi 7 avril 2009, par cgt.stcrolles

Information et consultation sur un projet d’accord d’entreprise sur les mesures temporaires d’adaptation au contexte économique du marché du semi-conducteur dit « plan emploi » et sur un projet d’accord d’entreprise pour la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences et la sécurisation des parcours professionnels dans le cadre d’une mobilité externe

Avis défavorable. Nous dénonçons l’usage abusif et détourné par ST de la GPEC et donc de l’Observatoire des Métiers pour justifier toute une série de mesures visant in fine à réduire le nombre de CDI et l’outil industriel en France.

Cette pratique est condamnable.

  • d’un point de vue économique (surtout pour la partie manufacturing), proposer des emplois à mi-temps pour une période minimale de 1 an et ceci se rajoutant à la suppression, déjà mise en route, de tous les CDD et intérimaires, met en péril la capacité des fabs françaises de ST à faire face à une reprise de l’activité. Il s’agit là d’un véritable sabotage qui pourrait justifier, de la part de la direction de ST, à court-terme l’augmentation de la sous-traitance chez les fondeurs et à moyen terme la fermeture ou vente des fabs françaises de ST pour des raisons de compétitivité.
  • d’un point de vue éthique, après l’octroi récent de 400M€ par l’Etat et les collectivités locales iséroises et la garantie donnée par ST de la création de 660 CDI dans le cadre de la convention NANO 2012, il est tout à fait déplacé et malhonnête de proposer un plan de départ volontaire allant à l’encontre d’une démarche de création d’emplois. ST n’a pas d’argent pour la R&D, ST n’a pas d’argent pour financer à 100% pour tous le chômage partiel, ST n’a pas d’argent pour des augmentations de salaire. Aussi, ST fait appel aux aides multiples de l’Etat.. Mais ST a de l’argent pour faire partir les salariés !
  • d’un point de vue social, dans un contexte de crise économique mondial, il est complètement irresponsable de faire croire aux salariés qu’à l’issue du congé de mobilité, une solution professionnelle pourrait être trouvée pour tous. Le nombre de chômeurs augmente de jour en jour ; et les banques, pour les créations d’entreprise ne prêtent pas d’argent. Aussi, les salariés volontaires à la mobilité externe vont être jetés en pâture !

ST se moque de l’Etat, se moque des contribuables et enfin se moque de ses salariés.

SPIP | | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0