URGENCE POUR NOS EMPLOIS

vendredi 5 octobre 2012, par CGT.ST-STE

Dans son communiqué du 14 /9 ST a annoncé un nouveau « plan stratégique » pour début décembre. Les représentants des Ministères de l’Economie et du Redressement productif qui ont reçu la CGT le 10/9 ont dit qu’ils allaient rencontrer ST pour « examiner les propositions de la direction ».

En ce moment sont donc en train d’être finalisées des décisions qui engagent nos emplois, notre travail, dans l’immédiat, ou dans le futur. Pour STE ET ST.

Surtout à Grenoble et Crolles, car nous sommes au cœur du secteur « digital », STE et ST. Car « Nano 2012 » se termine et que la suite n’est toujours PAS négociée.
Peut-on faire confiance à la direction de ST&STE pour notre avenir ? Au vu de son bilan ces dernières années, la réponse est : NON.

Nous, salariés, avons sûrement de meilleures idées qu’un staff surpayé et exilé à Genève.

Les gouvernements Français et Italiens ont le contrôle de STMicroelectronics par le biais d’un pacte d’actionnaires. Aucune décision majeure ne peut être prise sans leur accord. De plus ST&STE reçoivent depuis 2008 plus de 200 Millions € de subvention par an.

C’est donc auprès des pouvoirs publics qu’il faut se manifester MAINTENANT– au sens strict, MANIFESTER – pour exiger qu’on ne sacrifie pas nos emplois et l’avenir de la micro-électronique.

PDF - 27.6 ko
Tract pdf

QUE MIJOTENT T’ILS ?

Face aux fortes pertes de STE et plus récemment à celles du secteur logique de ST, la logique financière de court terme de la direction couplée à la politique d’austérité des Etats peuvent aboutir à des choix graves :

  • Ainsi il ne faut pas que la direction de ST prenne prétexte des difficultés créées par SA stratégie validée par SON staff, pour renoncer à la téléphonie mobile, qui est une pièce indispensable dans l’ensemble multimédia ST&STE, et qui est technologiquement « la pointe » de ST.

Un tel renoncement aurait de lourdes conséquences pour l’emploi, à court ou moyen terme à Grenoble et Crolles.

  • Autre hypothèse : l’arrivée d’un partenaire évoquée par M. Lambinet avant son éviction. « Partenaire » au niveau de STE ? Au niveau de l’ensemble du secteur « logique » ? Nous n’en savons rien à ce jour.

Nous mettons en garde contre toute opération de nouvelle fusion, création de JV ou tout autre chose aboutissant à briser l’unité de ST entre « digital » et « analogique », ou à déstabiliser ST&STE.

NOS DEMANDES A L’ETAT

Lors de notre rencontre avec les Ministères le 10/9, nous avons demandé :

  • Que l’Etat actionnaire fasse changer les choix de ST : ré- investir dans l’outil industriel, donner les moyens nécessaires pour innover dans les produits, supprimer la distribution de dividendes, réduire la rémunération du staff, avoir une politique sociale avancée.
  • Que l’Etat soit prêt à ré- investir dans ST , en remettant de l’argent au capital si cela s’avère nécessaire, pour donner le temps au secteur digital de se redresser sans handicaper le développement des autres groupes de ST&STE.
  • Que le gouvernement consulte les syndicats et salariés avant toute décision.
    SANS MOBILISATION CES DEMANDES RESTERONT LETTRE MORTE !

STOP

Aux mesures absurdes comme l’externalisation de l’IT
Au chômage partiel outil de gestion du personnel
Au blocage répété des dépenses
Aux moyens donnés en retard
Aux embauches au compte-goutte

SI IMAGING AVAIT ETE VENDU …

Aujourd’hui cette division attire, mais n’oublions pas qu’il y a peu …elle a failli être vendue !!! Un bel exemple des errements de la stratégie de ST. Une preuve qu’il ne faut pas jeter trop vite une activité qui a un problème à un moment donné
« STE C’EST FOUTU ? »

On l’entend souvent dire. Ou bien « STE coûte trop cher ». Nous avons suffisamment tiré la sonnette d’alarme dans le passé pour dire aujourd’hui : ATTENTION ! Car malgré les erreurs énormes du management, les salariés de STE ont obtenu des résultats. Aujourd’hui SAMSUNG est devenu le client principal, avec le 8500, et représente plus de 50% des ventes. (environ 1,2 Milliard $/an).
Avec une politique de long terme, une stabilité et des moyens suffisants ST&STE a les moyens de se rétablir en téléphonie mobile.
« ST N’A PLUS D’ARGENT »

Fin 2010, ST avait 1,3 Milliard $ de cash. 530 Millions mi-2012. La situation s’est dégradée, mais reste positive. La capacité d’endettement reste aussi forte.

N’oublions pas qu’à ST un certain nombre de secteurs (MEMS, Automobile, Cartes à Puces, Microcontrôleurs, Imaging…) marchent pas mal ou ont des projets d’avenir bien engagés.

De plus ST continue à verser des dividendes. De 2007 à 2011, 1Milliard 640 Millions $ ont été versés. Et plus de 300 Millions le seront encore en 2012. Alors…
On allait oublier les 45 Millions de rémunération annuelle du staff !!

NOS COLLEGUES ITALIENS DEFENDENT LA MICRO-ELECTRONIQUE

Ils organisent vendredi 5 octobre une journée d’action nationale de défense de la micro-électronique. BUT : interpeller les pouvoirs publics sur des dossiers chauds :

  • Le maintien de la parité entre France et Italie dans le capital de ST
  • L’avenir de la société MICRON qui possède l’ex secteur Mémoires de ST externalisé en 2007. A Avezzano 2000 emplois sont menacés et on ne connaît pas l’avenir du Consortium ST-Micron qui gère en commun l’unité R2 de Agrate
  • A Catane le site ST est touché par le chômage partiel et la situation de l’usine solaire est incertaine.
  • Les syndicats demandent une salle 12 pouces à Agrate pour assurer l’avenir des technologies BCD

LE COMITE EUROPEEN

Les élus du Comité Européen ST réunis le 2/10 ont décidé d’alerter par une lettre commune aux autorités européennes et aux gouvernements des Etats sur la situation de la microélectronique.

EXTERNALISATION IT CAD

Le projet était au menu de la réunion du Comité Européen du 2/10. La direction ne répond toujours pas à des questions clefs comme le niveau de service qui sera rendu aux 10000 utilisateurs R&D ST&STE, ou la définition du périmètre. De plus on constate des différences de traitement puisqu’en Italie, le choix est laissé aux salariés d’aller à HP ou de rester à ST. Tout cela ne tient pas debout. Rappel : à Grenoble ce sont 11 salariés ST et 10 sous-traitants qui sont concernés !

LE MOINS POSSIBLE

Investir le moins possible dans les Fabs, c’est la « stratégie » de ST. « L’objectif » reste toujours de sous-traiter la majorité des technos avancées. En conséquence ST multiplie les partenariats (avec Samsung, avec Global Founderies…). Ainsi quand les commandes décolleront… Crolles ne pourra pas les traiter, et la production sera faite ailleurs ! Inacceptable.

SPIP | | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0