Grenoble : les salariés portent une motion aux pouvoirs publics

mercredi 19 décembre 2012, par CGT.ST-STE

Environ 150 salariés du site de Grenoble en majorité de l’établissement ST-Ericsson accompagnés d’une délégation du site de Crolles, ont porté une motion à la préfecture puis au siège de Me Geneviève Fioraso, ministre de la recherche et de l’enseignement supérieur, enfin la motion a été remis à M Destot député-maire de Grenoble.

Texte de la motion :

Mme la Ministre
M. le Préfet de l’Isère
M. Le Maire de Grenoble

Suite aux annonces faites le 10/12/2012 par le PDG de STMicroelectronics :
 

  • l’avenir des emplois de ST Ericsson est menacé dès 2013 (800 personnes à Grenoble, 1100 en France, 5000 dans le monde)
  • les conséquences sont fortes sur des emplois ST à Grenoble, sur la charge de Crolles et la R&D technologique, sur d’autres sociétés de l’agglomération
  • la volonté d’abandonner la téléphonie sans fil, un marché majeur au cœur du multimédia, conduit à la régression alors que l’on a besoin d’une micro-électronique forte et créant des emplois

 
Nous vous demandons donc une réunion d’urgence.

L’Etat actionnaire de STMicroelectronics doit revoir sa position, et faire changer la stratégie de STMicroelectronics, d’une stratégie purement financière vers une stratégie industrielle.

Ceci est indispensable pour garantir les emplois.

Nous demandons aussi la levée du secret entourant les négociations sur Nano2017 et sur les discussions entre l’Etat, les pouvoirs publics, et ST.

A la mairie de Grenoble

Article de France3 : Les salariés de ST-Ericsson-Grenoble manifestent contre le « renoncement productif »

SPIP | | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0